Seul 2, Antoine Emaz

Publié le par Cécile Guivarch

SEUL 2
(30/05/99)
 
une peau morte
au mieux tendue dessous
encore
 
voilà
 
on continue sur ce qui reste
commun de quoi d'enfance comment
commune
 
ça va vite jusqu'à sans voir
si vite on se dit c'est pas grave
il en reste assez
et non
 
garder qui quelle mémoire
au fond dans ce qui bouge
 
arbres
si long pour monter
et puis coupés
net avec leur odeur partis
leurs écureuils rapides
 
d'un coup de scie l'enfance
on ne la retrouve plus
à quoi bon
depuis combien d'années déjà l'absence
des passe-crassanes
 
et pourtant non
bien sûr pour rien mais
quelque chose au moins comme
dire que résiste net sec clair
le goût de cette poire
ou l'odeur de cette résine sur des doigts sales
qui collent
 
(RAS, ed Tarabuste, pages 35-36)
 
 
La poésie d'Antoine Emaz, il faut la vivre de l'intérieur, se laisser attrapper par les émotions, par ce qui aurait pu nous rendre muets nous aussi. A ce propos, voici un article écrit suite à une rencontre avec Antoine Emaz et Albane Gellé :
 
 
Ce superbe dossier sur Remue.net , dont voici un extrait. Il y a notamment une approche de l'écriture d'Emaz par Dominique Viart à cette adresse : http://www.remue.net/cont/Viart03Emaz.html

 

Publié dans Coups de coeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article